Header Ads

Immigration - Yves Kepse Tchonang: Du Rhinos de Bafoussam au Tecnidex Valencia Rugby Club

Yves Kepse Tchonang (c) lors d'un match contre le Andemen Tatami Rugby Club, le 17 février 2018 à Valence / AFP


Yves Kepse Tchonang fait partie de ses jeunes qui ont empruntés le périlleuse traversée du désert et de la méditerranée en quête d'un avenir meilleur et permettre une sécurité sociale aux proches et à la famille. Parti du Cameroun, l'ex sociétaire du Rhinos Rugby Club de Bafoussam a risqué sa vie à travers l'Afrique pour atteindre l'Espagne et réaliser son rêve. 


Yves Kepse, 27 ans, 1,73 m et 112 kilos de muscles, est première ligne au Rugby Club de Valence, un club de deuxième division espagnole dans l'est du pays.L'ex joueur du club de Bafoussam (Rhinos RC) est sportif amateurs, non rémunérés pour jouer. Sa vie est faite de petits boulots mais il bénéficie de la solidarité de son entourage et s'est intégré grâce au sport.



Le migrant camerounais Yves Kepse Tchonang, première ligne de rugby, le 20 février 2018 à Valence, en Espagne / AFP


La traversée et l'aventure Européenne 

Comme tout migrant pour franchir la triple clôture à Melilla, une des deux enclaves espagnoles au nord du Maroc qui forment les seules frontières terrestres de l'Union européenne avec l'Afrique, Yves Kepse porte des cicatrices du franchissement des barbelés de la frontière. Il raconte avoir quitté en 2012 sa ville natale de Bafoussam dans l'ouest du Cameroun, en "priant pour ne pas mourir" en cours de route. "Je n'aurais jamais quitté ma maison si j'avais su ce qui m'attendait", dit-il.
Il a financé son voyage en travaillant comme électricien, maçon ou déménageur. Une fois en Espagne, il a fallu trouver du travail, un logement et obtenir un titre de séjour.
Le Rugby Club emploie Yves comme réceptionniste et électricien pour environs 556 750 FCFA (850 eruos)  par mois et l'a aidé à être régularisé en août dernier. Fran Baixauli, président du club où évolue Yves Kepse depuis quatre ans, l'encourage à se former et à chercher du travail. "Je lui ai toujours dit: ne perds pas le nord, suis la formation que tu peux. Si c'est comme électricien, et bien deviens électricien", dit-il. "Le sport ne dure pas toute une vie."


Yves Kepse Tchonang avec le Rhinos Rugby Club de Bafoussam - Genoux au sol, 2éme venant de la droite / Facebook

Avec l'AFP 

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.